Des petites graines… et l’histoire d’un jardin, celui qui est en chacun de nous

Bienvenue sur ce blog.
C’est l’endroit que j’ai choisi pour semer des petites graines, mes petites graines. Semer des graines, c’est espérer voir pousser un jour un beau jardin. Si vous avez déjà jardiné – ou élevé des enfants, le principe est le même – alors vous savez qu’il faut de la rigueur, de la persévérance et beaucoup d’amour pour faire pousser quelque chose au meilleur de son potentiel. Il faut aussi s’assurer d’ôter les mauvaises herbes, celles qui empêchent les petites graines d’avoir accès aux ressources dont elles ont besoin (lumière, espace, etc.).

Pour mon premier article, je me suis laissée inspirer par une petite métaphore « végétale ». Et même si vous n’avez pas la main verte, lisez quand même, vous pourriez être surpris ;o).

A la découverte de notre jardin intérieur

Qui que nous soyons, nous possédons tous le plus magnifique des jardins en nous-mêmes. Mais souvent, nous oublions d’arroser les graines que nous semons, ou alors nous délaissons ce jardin car les mauvaises herbes l’ont envahi… Ou alors nous pensons que le jardin du voisin est bien plus beau, que nous ne savons pas jardiner, ou nous espérons que quelqu’un d’autre l’entretienne pour nous…
Mais en fait, puisque nous sommes les seuls à « habiter » ce jardin, il nous appartient. Peut importe ce que les autres font ou ne font pas, les mauvaises herbes qui y poussent ou les variations de la météo : ce jardin est le nôtre et nous nous devons de l’entretenir pour qu’il soit un bel endroit de quiétude, de repos, de ressourcement, de créativité, de joie, de fierté aussi. Cela est en fait une des choses les plus importantes que nous ayons à faire tout au long de notre vie.

watering-watering-can-man-vietnam-162637.jpeg

Apprenons donc non seulement à entretenir notre jardin, mais aussi à en profiter le plus possible. Prenons le temps de nous installer tranquillement à l’intérieur de nous-même, observant simplement ce qui s’y trouve. Et si nous voyons des mauvaises herbes, essayons de ne pas nous dire: « Décidément, je suis un mauvais jardinier. Le mois passé déjà, il y avait ces mauvaises herbes… Quoique je fasse, j’ai l’impression qu’elles seront toujours là ». Essayons plutôt de constater ce qui est, sans juger, en nous disant: « J’ai fait de mon mieux, mais ces mauvaises herbes sont toujours là. J’aimerais pouvoir les enlever. Je ne sais pas encore comment, mais je veux apprendre à faire autrement et je décide de me faire confiance. »
Et une fois que cela est posé, nous pouvons reprendre avec émerveillement la contemplation de toutes les belles choses qui se trouvent dans notre jardin: ces plantes majestueuses, ces arbres qui étaient petits et fragiles et qui sont aujourd’hui imposants et solides. Ce petit plan d’eau douce et tranquille où flottent de délicats nénuphars. Et cette magnifique fleur colorée au parfum enivrant… Toutes ces belles choses, c’est nous qui les avons semées, nous qui les avons fait pousser, nous qui les avons protégées, nous qui leur avons permis de devenir ce qu’elles sont devenues. Alors n’ayons pas peur de nous « lancer des fleurs », nous le méritons. Et c’est grâce à cela que nous oserons nous essayer à de nouvelles plantations plus audacieuses, parce que nous savons que si nous avons déjà fait pousser toutes ces belles choses, il n’y a pas de raison que l’on ne puisse pas réussir à faire pousser cette fleur rare et précieuse, qui distinguera notre jardin de tous les autres. N’ayons pas peur de faire de l’ombre à nos voisins, au contraire; en voyant qu’il est possible de faire pousser une telle beauté, ils auront envie de bien entretenir leur jardin et d’essayer eux-aussi d’y faire pousser quelque chose de spécial qui les distinguera. N’ayons pas peur non plus d’échanger conseils et coups de main entre voisins. Parce qu’au final, tout le monde est gagnant!

20180101061859_IMG_0810

Partez à la découverte de votre jardin intérieur et prenez-en soin. Vous serez ainsi assuré d’avoir en tout temps accès à un lieu de calme, de sérénité, de bien-être, d’inspiration, de liberté et bien plus encore!

Rien n’est plus important que de soigner l’endroit duquel vous ne pouvez pas vous échapper: vous-même. Alors si vous devez n’avoir qu’une intention forte en 2018, choisissez celle-ci, parce qu’elle renferme toutes les autres. Et ne le faites surtout pas par contrainte ou par devoir, mais parce que vous le méritez!

Quelques graines à semer en soi…

Chacun a sa façon de prendre soin de son monde intérieur. Voici quatre questions essentielles que vous pouvez explorer aujourd’hui pour vous mettre en route vers une plus grande harmonie intérieure. Ces questions vous permettront de partir d’où vous en êtes maintenant pour cheminer de manière concrète vers ce que vous souhaitez. Elles sont tournées vers votre ressenti et prennent en compte plusieurs dimensions de votre être. Lorsque nous avons un objectif, nous avons souvent tendance à penser qu’il suffit de mobiliser notre mental. Pourtant, le mental n’est qu’une des dimensions et si nous ne sommes pas à l’écoute de notre corps et de nos aspirations profondes, nous ne faisons que nous faire violence avec des « il faut que ».
Alors commencez aujourd’hui à faire de la place à votre ressenti et à le prendre en compte. C’est en effet grâce à ce que votre corps vous dit et à vos valeurs que vous pourrez déterminer ce qui est vraiment important pour vous et évaluer si vous êtes sur le bon chemin ou non.

Commencez par vous installer confortablement, de préférence assis, dans un endroit calme où vous ne serez pas dérangé. Prévoyez d’avoir à portée de main de quoi prendre des notes. Si vous avez du temps devant vous, faites une technique de sophrologie avant d’attaquer avec ces questions. Au minimum, prenez le temps nécessaire pour 3 grandes respirations pendant lesquelles vous vous concentrez sur les mouvements de votre ventre et ramenez votre attention vers vous-même. Vous avez décidé de prendre un temps pour vous-même et vous pouvez vous en féliciter !
Suivez votre propre rythme en vous penchant sur chacune des questions. Vous avez le temps, rien n’est plus urgent que cette visite que vous faites en ce moment à votre monde intérieur. Prenez le temps de vivre les choses, de laisser s’exprimer ce qui vient à vous, dans votre corps comme dans votre esprit. Ne rejetez rien, observez et accueillez: ce sont de précieuses informations que vous recevez.
Et lorsque vous avez pris le temps de ressentir les choses, alors seulement, notez ce qui vous semble important, ici et maintenant. Vous pourrez ensuite relire tout cela dès que vous en ressentirez l’envie ou le besoin.
Alors, êtes-vous prêts? C’est parti alors!

1. Comment est-ce que je perçois mon « monde intérieur »?

  • A quoi ressemble-t-il? Comment est-ce que je me le représente? Qu’est-ce que j’en connais (par mes 5 sens, mais aussi par mes perceptions, pensées, émotions, valeurs, etc.)? Qu’est-ce qui s’en dégage ?
  • Est-ce que je m’y sens bien?
  • Qu’est-ce qui fait que je m’y sens bien ou pas? Y a-t-il des moments, des situations, des personnes ou encore d’autres paramètres qui font que j’y m’y sens mieux ou moins bien?

2. Comment est-ce que je m’occupe de mon « monde intérieur »?

  • Est-ce je prends soin de mon monde intérieur?
    • si non: Qu’est-ce qui m’empêche de le faire?
    • si oui: Comment est-ce que j’en prends soin?
  • Quelles sont les activités que je fais qui me permettent de réellement nourrir ce monde intérieur ?
  • Qu’est-ce que je ressens (sensations corporelles, perceptions de ces sensations, sentiments, émotions, pensées, valeurs) lorsque je fais cela?

3. Comment est-ce que j’aimerais vivre dans mon monde intérieur

  • A quoi aimerais-je que mon « monde intérieur » ressemble? Qu’est-ce que j’aimerais y trouver? Y a-t-il un élément qui ressort plus que les autres? Quelles sont les choses que j’aimerais y voir se développer plus qu’actuellement?
  • Qu’est-ce que je m’imagine ressentir (sensations corporelles, perceptions, sentiments, émotions, pensées, valeurs, etc) dans mon monde intérieur idéal?

Et là, c’est très important, prenez le temps de VIVRE ces sensations avec votre corps; fermez vos yeux, observez et accueillez tout ce qui se passe vous. Focalisez-votre attention sur les sensations et les perceptions agréables et laissez-les s’imprégner dans votre corps en prenant plusieurs respirations profondes. Grâce à cela, vous créez un « souvenir » positif de quelque chose que vous souhaitez dans votre avenir, ce qui vous donne de l’énergie, booste votre confiance et renforce votre motivation! Et vous faites tout cela juste en étant à l’écoute, ici et maintenant, et en respirant.

4. Comment je fais pour aller vers ce monde intérieur tel que je le souhaite ?

  • Quelles sont les choses à mettre en oeuvre, que je ne fais pas déjà, pour m’approcher de ces sensations? Qu’est-ce qui ferait que je me sente comme cela?
  • Quelle est la première chose que je peux décider AUJOURD’HUI de mettre en oeuvre, avec beaucoup de gratitude pour cette nouvelle démarche positive que j’entreprends pour moi-même et beaucoup de tolérance envers moi-même et les essais-erreurs que je vais forcément connaître, mais aussi beaucoup d’espoir et de confiance.

Et si vous avez besoin d’un peu plus de confiance, vous pouvez vous remémorer quelque chose de difficile que vous avez accompli avec succès dans votre vie. Fermez les yeux et laissez-vous vivre cette grande victoire de votre passé telle que votre corps et votre esprit l’ont enregistrée (sensations, perceptions, pensées, émotions, sentiments, valeurs, etc.). Vous pouvez la revivre par étapes (prises de consciences, apprentissages, difficultés rencontrées et comment vous les avez surmontées, tout ce que vous avez dépassé pour réaliser cela) . Et prenez le temps de resavourer la joie d’y être arrivé, d’avoir réussi, en vous concentrant sur la façon dont vous avez ressenti cela dans votre corps et dans votre esprit. Et avant de rouvrir vos yeux, en prenant plusieurs inspirations profondes, prenez conscience que vous avez tout ce qu’il faut en vous pour réaliser vos projets actuels. Ne vous mettez pas la pression: vous avez déjà fait la partie la plus difficile du chemin: vous mettre en route ! Le reste suivra de manière naturelle si votre intention est forte, positive, claire et bien présente en vous. N’hésitez pas d’ailleurs à l’écrire quelque part et à l’afficher pour pouvoir vous sentir inspiré et déterminé jour après jour.

pexels-photo-630834.jpeg

Bon ben, « y a plus qu’à »…
Tester
Commenter
Partager
:o)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s